14.5.13

oui au non-art

" j'aime le Caravage , car on trouve chez lui cette violence, cette férocité sans lesquelles il n'y a pas d'art " 
cette phrase , entendue il y a quelques jours de la bouche de Pierre Arditi, " fils de peintre et père de peintre ", aurait glissé loin de mon attention si je n'y avais reconnu une sorte de commandement , un reflet de la pensée unique qui , au delà de l'allusion à un peintre du XVIIeme siècle , règne sur l'art contemporain . 

"l'art contemporain" , j'y vois une sorte de secte , régie par la loi du plus fort , du plus féroce , du plus cynique, du plus mort , et du plus dégoutant, un groupe de happy few  sous-héritiers des Baudelaire- Goya où on ne pourrait entrer qu'en ayant signé allégeance  au morbide, représentant des cadavres , des fantômes , des crânes , des gens à têtes d'animaux descendants d'Isis et d'Osiris, des visions dantesques d'un au delà crotté , et si jamais on se risque à la représentation enfantine, c'est pour bien sûr, la montrer objet , sacrifiée à l'obcène ou livrée à l'absurde . 

tout ça avec le très louable dessein de nous montrer l'horreur du réel , un soit disant monde soit disant tel qu'il est , violent, féroce , où la lucidité nous mènerait automatiquement à la décomposition par le désespoir . 

j'aime et  remercie tous les doux, les créatifs courageux ou amoureux qui se risquent à montrer un autre monde que celui là . ou encore ceux qui montrent les choses viles mais avec en sous texte un réel soucis d'amour .

j'ai donc fait une recherche de quelques travaux sans violence ni férocité, j'en ai trouvé plein .
le temps est peut être venu de reconnaitre un NON-ART , qui révélerait l'invisible pour nous connecter à la vraie vie, pour nous souffler au coeur quelque chose de vivant . 
l'amour est moins facile à montrer que la mort . 

voici donc un tout petit échantillon de non-artistes, trouvés dans mes dossiers perso 
des pauvres mecs et nanas qui n'ont pas adhéré ni à la violence ni à la férocité,
les exclus de l'art

Bonnard Pierre 
Arikha Avigdor 
Mumford Alice  
Black Carla 
Maginel Wright Barney
Koike Fumi 
Bioules Vincent
Monet Claude
Letinsky Laura
Marquet Albert
Boncompain Pierre
Bottet Nicole
Mackeown James 
... et les miriades d'autres










































8 commentaires:

  1. Réponses
    1. hello Théa ! :) merci de ta visite !

      Supprimer
  2. "l'amour c'est être vulnérable"
    tout à fait d'accord avec toi! merci :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour Rafael et merci d'avoir lu .
      tes photos incarnent bien ce que tu dis.

      Supprimer
  3. Je l'avoue, je déteste l'art contemporain... alors tu penses bien que ton billet a trouvé une oreille attentive ;-)
    De même, le gore et la surenchère morbide que l'on trouve maintenant dans certains livres m'indisposent et je fuis ces ouvrages. Je préfère la plume douce et alerte de Christian Bobin ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, je pense bien que cette mode atteint la littérature ... à un moment donné , il a fallu que l'art dérange , c'était sa fonction prophétique par rapport à une esthétique figée ... mais ce "dérangement" est devenu à son tour un système , une ficelle , à tel point que pour déranger aujourd'hui, certains se croient obligés d'exploiter l'insupportable . Et si le dérangement suprême était autre ? comme la délicatesse d'un Christian Bobin par exemple ?

      Supprimer
  4. http://4.bp.blogspot.com/-c8xC3MiZLzo/UZHrD5_UROI/AAAAAAAAC0s/HI8oGdWjatQ/s1600/Maginel+Wright+Barney.jpg
    i think this one is my fave, it's just so pretty with lovely colors and because i love flowers!
    Thanks so much for sharing this post :)

    RépondreSupprimer
  5. D'autant plus que la mort a aussi, régulierement été montrée ou peinte depuis longtemps. Enfin, plutot son résultat sous forme de vanités.
    La géométrique, en peinture, est-elle violente? C'est vrai, je m'interroge du coup.. est ce qu'une ligne toute seule qui nous narguerait ou bien un groupe de lignes en rang sérré nous titillant la rétine, c'est de la violence?
    Le violent pour moi n'a pas vraiment lieu d'être montré, si ce n'est comme documentaire journalistique, pour l'exemple. Néanmoins un peu de folie pourquoi pas...
    Une autre interrogation: il me semble qu'ils sont encore plus rares, alors, ceux qui tentent de montrer une situation violente façonnée avec une certaine douceur. Au contraire de l'inverse..
    ps: j'admire Bioules et je découvre les autres...

    RépondreSupprimer